lundi 7 avril 2014

Agression à Tonneins (47) : quatre hommes portent plainte et racontent

Les hématomes à la tête et aux bras, huit points de suture pour deux personnes, six pour un troisième homme : plusieurs Tonneinquais ont été victimes d'une agression, et quatre d'entre eux ont déposé plainte dimanche après-midi, à la gendarmerie locale, pour coups et blessures. Les faits se sont produits samedi soir.
Il est environ 22 heures samedi. Une demi-douzaine d'amis, de 30 à 60 ans, se retrouvent traditionnellement le week-end sur le parking du supermarché Leclerc, coincé entre la D 813 et le quartier Saint-Pierre, à Tonneins.
10 à 15 personnes
L'endroit est d'ordinaire tranquille, on y voit souvent des familles jouer au foot ou promener leurs enfants à proximité. Ce soir-là, il en est allé autrement. « Nous étions en train de discuter et tout à coup, nous avons vu arriver entre 10 et 15 personnes, encagoulées, qui sont venues droit sur nous. Nous avons d'abord cru à un contrôle de policiers en civil lorsqu'ils nous ont crié ‘‘personne ne bouge !'', puis ils ont commencé à nous taper… », explique l'une des victimes.
Ces dernières ont ainsi indiqué à la gendarmerie avoir été surprises par l'arrivée d'un voire deux groupes de personnes qui les ont entourées sans raison apparente.
« Ils ont sorti des barres de fer et des matraques, et ils nous ont tapés à la tête », corrobore l'un de ses amis, qui, dimanche, portait un large pansement à l'oreille. « Ils n'ont rien dit d'autre et nous n'avons pas vu leurs visages. Impossible de savoir qui c'était. Ils ont aussi cassé les vitres (d'une voiture, indique la gendarmerie). Puis nous avons réussi à nous enfuir vers la place Saint-Pierre, où nous avons rencontré les gendarmes. » L'une des victimes aurait en effet réussi à se servir d'un gaz lacrymogène pour mettre en fuite les agresseurs.
Ces derniers se sont alors évaporés. Selon leurs victimes, ils avaient parfaitement préparé leur coup et n'ont pas échangé une parole lorsqu'ils ont commencé à taper. L'une des personnes agressées aurait aperçu deux individus qui rôdaient sur le parking dès l'après-midi, « peut-être en repérage », mais sans les identifier. L'agression elle-même n'aurait pas duré plus de 3 à 5 minutes, interrompue lorsque les victimes sont parvenues à s'enfuir.
Soignés aux urgences
Aussitôt après l'agression, quatre des victimes se sont rendues aux urgences à l'hôpital de Marmande, pour y recevoir les premiers soins. « Vous verriez ma chemise en sang, vous auriez peur », commentait l'une des victimes, blessée à la tête. « On a vu ça à la télé, mais je ne croyais pas que ça existait », ajoute-t-il, encore sidéré. Bien que s'étant produite dans un lieu ouvert, cette agression n'a pas eu d'autres témoins.
L'enquête, menée par la communauté de brigades de Tonneins, aidée par la brigade de recherche, devra déterminer la raison de cette agression. Certaines victimes en ressortent avec des ITT supérieures à 8 jours

http://www.sudouest.fr/2014/04/07/agression-eclair-1518251-3755.php

Aucun commentaire: