mercredi 9 avril 2014

Bébés morts à Chambéry. La suspension prolongée menace le labo Marette

Le laboratoire Marette à Courseulles-sur-Mer (Calvados) a reçu le 8 avril 2014 la confirmation que son activité est encore supendue pour six mois.

Fabricant de poches de nutrition, Marette est une société de huit salariés, qui fournissait une quinzaine d'hôpitaux à travers la France. Dont Chambéry, où trois décès de nourrissons sont intervenus en décembre 2013. Ce qui entraîné une suspension de l'activité.

"Sonner le glas de l'entreprise"

L'avocat du labo, Matthieu Lemaire, s'est exprimé ce mercredi 9 avril 2014 à Caen sur la reconduction de la suspension : "Il est évident que cette décision de reconduction d'une durée de six mois pourrait sonner le glas de l'entreprise."
Marette continue de rémunérer ses huit salariés, la suspension administrative empêchant d'avoir recours au chômage technique. L'entreprise a la possibilité de la contester devant le tribunal administratif mais elle ne le fera pas : "Il y a une instruction pénale en cours, la vérité doit évidemment jaillir au terme de ces opérations."

Contamination inexpliquée

L'avocat de Caen a rappelé que le dirigeant, Jean-Luc Marette, n'a pas été placé "sous le statut de témoin assisté ni de mis en examen".
Depuis le départ de l'affaire, début janvier 2014, le laboratoire bas-normand a toujours souligné qu'aucune trace de la bactérie, retrouvée dans six poches à Chambéry, n'avait été retrouvée dans les locaux de Courseulles-sur-Mer. L'origine de la contamination reste inconnue.

http://www.ouest-france.fr/bebes-morts-chambery-la-suspension-prolongee-menace-le-labo-marette-2120947

Aucun commentaire: